Tout savoir sur les mandats de recherche immobilière

Les mandats de recherche immobilière concernent les contrats passés entre deux parties contractantes pour des transactions immobilières. Les transactions en question sont des achats ou des ventes de biens en tout genre. Les métiers qui en découlent sont encore récents. L’action s’apparente à la sollicitation de courtier automobile dans le secteur du commerce de voiture.

Par définition, un mandat est un document signé par des parties concernées. Les mandats de recherche immobilière ont pour objectif premier l’exécution de transactions par l’intermédiaire d’une tierce personne.

Les services qui incombent à la concrétisation d’une démarche sont délégués à un professionnel du marché de l’immobilier suivant les objectifs de l’intéressé.

De ce fait, les mandats de recherche immobiliers concernent des prestations dans le cadre de la transaction soit pour un achat, soit pour une vente.

Ces métiers commencent à prendre de l’ampleur en France tout particulièrement. L’activité consiste tout simplement à solliciter les services d’un prestataire pour mener à bien les transactions d’achat ou de vente de biens immobiliers. Dans la pratique, c’est le professionnel immobilier qui propose ses services aux vendeurs ou aux acheteurs.

En pratique, le mandat de recherche est proposé par un chasseur immobilier ou une société de chasse immobilière. Néanmoins, il arrive parfois que des agents immobiliers le proposent sur des marchés moins tendus, où ils disposent de plus de temps pour dédier une partie de leur activité à des candidats-acquéreurs. Bien souvent, les concernés sont les agences d’un côté et des personnes morales ou des particuliers. La pratique connait de plus en plus de succès en France ces dernières années.

Quels sont les différents types de mandats de recherche?

business-962358_1280

Les mandats de recherche immobiliers se présentent sous différentes formes qui se distinguent selon la définition des services décrits dans le contrat.

  • Le mandat de recherche :

Exclusif, c’est l’offre la plus proposée par les professionnels du métier. Comme le nom l’indique, seul un chasseur immobilier comme certains les appellent est habilité à effectuer toutes les recherches.

Dans ce cas-ci, toute information les concernant doit systématiquement connu du prestataire à qui est confiée l’intégralité des affaires afférant. Pour ce premier type, l’ensemble du travail à fournir pour une nouvelle acquisition ou une cession est effectué par le professionnel en question.

  • Le mandat semi-exclusif :

Dans ce type de contrat, le client du prestataire peut entreprendre de son côté, des recherches sur la transaction immobilière qu’il tient à faire. Par exemple, pour un achat, le mandant n’est pas tenu de passer par son chasseur immobilier si de nouvelles informations lui parviennent.

En d’autres termes, les deux parties peuvent élargir les champs de recherche à travers leurs moyens respectifs ou de travail de concert pour plus d’efficacité.

  • Le mandat de recherche simple :

Ce dernier terme implique concrètement plus de liberté pour combiner les efforts dans la recherche en engageant plusieurs prestataires à la fois sans distinction de métier que ce soit un chasseur ou un agent immobilier.

  • Le mandat co-exclusif :

Il concerne les mandats de vente qui permettent au mandant de faire appel à plusieurs agences, mais qui sont tout de même sollicités à l’avance.

Le mandat de recherche et le mandat de vente 

sale-3701777_1280

Ce sont deux choses diamétralement opposées.

Le premier est effectué dans l’objectif d’une acquisition future. Le mode opératoire consiste en la mobilisation de tous les moyens nécessaires afin de trouver la propriété idéale selon les critères du nouvel acquéreur. Le contrat concerne donc des activités qui commencent par la recherche jusqu’à la finalisation de l’achat.

Le mandat de vente indique un mode opératoire tout à fait contraire à cela. Dans ce cas-ci, le travail consiste à mettre en vente un bien immobilier. Les critères de prix et autres détails sont déterminés à l’avance pour établir la marche à suivre.

Le prestataire mobilise alors son réseau pour trouver des intéressés. Cela peut être d’autres professionnels de l’immobilier ou de potentiels acquéreurs qui travaillent avec lui.

Ensuite, une fois que ce dernier a trouvé des clients sérieux, il lui reste à organiser toutes les modalités de la transaction pour pouvoir finaliser la vente. Par ailleurs, cette activité est régie par des lois qui définissent les conditions réglementaires autour des mandats.

Il est question de la loi Hoguet. Ces textes sont dédiés à cadrer l’ensemble des professions en immobilier en partant des termes d’un contrat légal aux honoraires dus pour le service fourni.

À noter par exemple que les textes permettent au mandant de se rétracter par rapport au contrat durant des délais préétablis. En l’occurrence 14 jours. Toutes ces modalités sont donc à vérifier avant de passer un contrat avec un prestataire tel qu’un chasseur immobilier.

Comment fonctionne un mandat de recherche ?  

signature-3113182_1280

Pour faire simple, les parties concernées signent un contrat légal qui détermine la suite des opérations que ce soit une vente ou un achat. Pour ce dernier, le plus souvent ce sont des agences immobilières qui sont sollicitées. L’accord effectué délègue le service de recherche du bien souhaité à ces professionnels dans une aspiration de résultat.

Sur le contrat doit figurer les termes délimitant le service à fournir ainsi que les honoraires préétablis du mandataire. Un fait à ne pas oublier ici, la rémunération du professionnel est à effectuer une fois les transactions finalisées. Ce moment vient après la concrétisation de la transaction chez le notaire.

Avant de lancer le processus, mieux vaut faire une bonne compréhension de ce qu’implique le contrat pour éviter toute mauvaise surprise une fois le travail lancé.

  • Où est l’intérêt d’un mandat de recherche ?

Le premier point à soulever est bien l’obligation de paiement qui n’est valable qu’après la transaction finalisée. En d’autres termes, pas de résultats, pas de rémunération. Ceci est bien profitable pour les mandants.

Par ailleurs, le plus souvent quand on a recours aux services de professionnels en immobiliers, on délègue en même temps le pouvoir d’effectuer les recherches à nom de client, mais aussi les désagréments qui découlent du travail à fournir.

D’où, le deuxième point positif à tirer d’opter pour cette voie qui est sans nul doute le gain de temps. Pour cela, les mandataires sont tenus de travailler efficacement dans le plus court délai possible afin de le faire valoir auprès de son client. Cela s’illustre par la faculté à obtenir les meilleures offres avant tout le monde.

En outre, le chasseur restera sur le qui-vive, à l’affut d’éventuelles réponses favorables à la suite des recherches effectuées. Cette omniprésence relève d’un certain poids le client par rapport à la patience dont il faut tenir dans ce genre de transaction.

Il incombe aussi au mandataire de sélectionner les offres qui peuvent vraiment convenir à son client avant de les lui proposer. Cette réactivité constitue le troisième avantage à tirer des services d’un chasseur immobilier. Cette qualité s’avère très appréciable dans des zones de recherches comme la ville de Paris.

Ce qui fait un professionnel est bien le fait de pouvoir accéder à des sphères hors de portées pour le commun des gens. D’où un autre avantage à en tirer qui est l’accessibilité à des marchés dissimulés ou dans leur jargon l’off market. Ceci est possible grâce à son réseau d’agents, de mandataires ou même de notaires.

Par ailleurs, en qualité de professionnel, le mandataire peut s’élever au rang de conseillé par le moyen d’une expertise. Ce sont là deux avantages que leurs clients peuvent apprécier.

En effet, dans un marché aussi complexe que celui de l’immobilier, de conseils avisés ne sont pas de trop comme moyen d’encadrement. Un expert qui se respecte devra être, dans certaines circonstances, se dresser comme appui. C’est-à-dire, pour des transactions défavorables à leur client, il devra défendre les intérêts de son client au vu des risques que ce dernier peut encourir si finalisation il y a.

Ainsi, les conseils sur les prix adéquats pour un bien ou sur les autres traits d’une mauvaise affaire sont tout à fait appréciables le moment venu. En clair, la position d’un mandataire doit être déterminante dans la finalisation ou non d’une transaction.

Les obligations découlant du mandat de recherche 

binding-contract-948442_1280

Comme dans toute signature de contrat, les parties contractantes sont tenues sur quelques obligations claires. Le mandat est contraint de payer les services effectués une fois l’achat d’un bien fait. Il peut aussi y avoir d’autres points selon les types de contrats comme ce qui a été déjà cité précédemment.

De son côté, le mandataire doit mener à bien la tâche qui lui ait demandé au respect des aspirations de son client. Il est tenu de statuer en qualité de conseillé et d’informateur selon les demandes de son acheteur. Selon les textes réglementaires, le non-respect de ce point et considéré comme un délit professionnel et qui est donc préjudiciable.

Par ailleurs, les professionnels des transactions immobilières sont tenus de suivre à la lettre les prérogatives prescrites par les textes comme la loi Hoguet ou la loi Alur. De plus, tout ce qui concerne le travail doit être concilié dans le contrat pour ainsi formaliser les obligations des contractants.

  • Quels sont les points clés d’un mandat de recherche ?

Plusieurs points importants sont à tenir en compte quand on veut lancer un mandat de recherche. La première chose est la description détaillée du bien recherché. Elle doit être minutieuse afin de cadrer les désidératas du client.

Les critères comme le type d’habitation pour le cas d’achat, son emplacement, ses dimensions idéales le nombre de pièces ainsi que le budget du client sont à déterminer au préalable. Il sait gré du client de préciser ou non ses critères de sélection. Dans certains cas, il arrive que les traits de bien en question soient amenés à être modifiés au fur et à mesure de l’avancée des recherches.

Le second point qui mérite une attention particulière est la rémunération. Toutes les conditions doivent être conciliées convenablement. Cela incluant la fixation du montant et le moment du paiement conclu par les deux parties.

Selon le cas, la rémunération peut être le total de multiples honoraires négociés par le mandataire par rapport au service qu’il fournit. Par exemple, certains demandent une valorisation pour le cas de revue à la baisse du prix proposé. À rappeler que l’échec de la mission n’engage aucune charge pour le client. D’ailleurs, les frais de dossiers sont interdits et de ce fait, ne sont pas imposables au client.

Les vrais professionnels doivent posséder une carte attestant de l’exercice formel et légal de leur métier. En outre, la durée du mandat constitue aussi un point important dans toute transaction. Dans la majorité, les prestataires proposent leurs services pour environ 3 mois. Ceci n’exclut pas les possibles modifications de ce délai initial suivant l’évolution de l’affaire. Quelques un proposent une durée de recherche encore inférieure à ce seuil.

Ensuite, le renouvellement ou la renonciation du contrat est aussi à prendre au sérieux. Initialement, le contrat doit stipuler les diverses conditions pour sa cessation surtout.

Le mode communication de fin ou de renouvellement est à faire préétablir afin que tout un chacun soit en accord sans aucune ambiguïté. Cela peut se faire par l’intermédiaire d’une lettre recommandée ou un simple email ou bien d’autres encore selon la décision des deux parties.

Par ailleurs, la date de signature n’est pas à négliger, car elle marque le début du mandat ainsi que son terme. Toutefois, avant tout cela, la signature du mandataire et du mandant doit figurer clairement dans le contrat. C’est la condition primordiale pour la validité de l’accord de collaboration comme le stipule la loi Hoguet du 02 janvier 1970.

D’ailleurs, toute l’activité d’un mandat de recherche est cadrée et règlementée par cette loi confortée par son décret d’application de n° 72-678 du 20 juillet 1972. Elle définit les obligations de chaque partie qui sont encore rappelées par le contrat en lui-même.

Un regard spécifique sur la réglementation des mandats de recherche

hammer-719061_1280

Le secteur en général est aujourd’hui sujet à des réglementations de plus en plus strictes et claires. Ceci est bien sûr instauré afin d’éviter des risques malencontreux pour les consommateurs.

D’où les métiers comme agent immobilier, marchand de listes, administrateur de biens ont subi des réformes autour de leur condition d’exercice. Elle inclut également les contrats physiques en eux même.

  • La règlementation des professions immobilières par la loi Alur

Selon les définitions dans ces textes, sont considérés comme professions immobilières tous métiers qui touchent de près ou de loin le secteur de la transaction ou de la gestion immobilière.

L’application de cette réforme débutait en 2014. Grosso modo, cette loi contraint les professionnels de l’immobilier à remplir trois conditions qui sont la détention d’une carte professionnelle, la possession d’une garantie financière et à la souscription d’une assurance responsabilité civile professionnelle.

Elle impose également aux acteurs de ce domaine l’inscription dans le contrat des honoraires toutes taxes comprises TTC. En tant que secteur en plein essor, le courtage immobilier occupe désormais une place de choix dans le marché. D’où la nécessité de la création d’un cadre formel.

En principe, la loi Alur vise l’équilibre entre les relations de professionnels de l’immobilier, des propriétaires ainsi que les locataires. Elle tient aussi à réguler le marché immobilier face à d’éventuelles pratiques abusives.

  • En quoi un mandat de recherche immobilier est-il concerné par la loi Hoguet ?

En atout premier, elle est une réglementation des activités des professionnels de l’immobilier. Elle se dresse en assureur de garanties ainsi que de la protection à travers l’affichage du montant dans la facturation des services.

Avec cette loi, les professionnels de l’immobilier sont tenus d’exercer dans la légalité. La loi Hoguet oblige les professionnels de l’immobilier à souscrire une assurance de responsabilité civile professionnelle.

Ils sont tenus de posséder une carte professionnelle, et de tenir un registre des répertoires et des mandats. De plus, elle impose aux acteurs la souscription à des garanties pour le cas de certains qui tiennent les comptes de leurs clients.

Les contrats de mandat immobilier

house-for-sale-4532395_1280

En principe, ce sont les preuves physiques d’un accord bipartite entre un professionnel immobilier et un particulier. }

Ce sont les contrats de mandat immobilier qui sont les plus fréquents. Ceux-ci sont effectués dans le cadre d’un service bien précis qui peut être soit la recherche d’un bien immobilier pour but d’achat ou la recherche d’acheteur pour vendre.

Les contrats les fréquents sont généralement pour des ventes. Le contrat de mandat de recherche est assimilé à une procuration octroyée à l’agent mandataire pour effectuer des transactions immobilières pour le compte du mandant ou le client en terme commercial.

Après le respect de toutes les règles qui régissent la prestation en particulier, le contrat de mandat devient loi. Son non-respect peut être considéré comme un délit passible d’un traitement en justice selon l’aggravation du conflit.

Selon les directives de cette réglementation, le contrat de mandat de recherche doit établir clairement les conditions des différents paiements ainsi que les conditions détermination des rémunérations

. La durée effective du mandat doit aussi y figurer. Le dernier point, mais non des moindres, le mandat de recherche doit impérativement détailler les moyens à mettre en œuvre tout au long de la recherche.

  • Que faire en cas de litige ?

Chacune des parties peut solliciter l’objectivité du tribunal pour résoudre un problème litigieux dans le cadre d’un mandat de recherche ou de vente.

Le principal recours est bien sûr l’annulation dudit contrat après vérification des fondements d’un délit durant sa conception. Ces derniers peuvent être décelés après le constat des conditions de forme et de fond de l’accord. La nullité du contrat est obtenue dans le cas où le consentement de l’acheteur ou du vendeur ait été donné par tromperie. Le tribunal peut alors statuer et octroyer des dommages et intérêts aux victimes ou une diminution du prix selon le degré du préjudice.

Les fraudes ne sont pas rares en ce qui concerne les transactions immobilières. Pour éviter tous pièges, mieux vaut, de ce fait, prendre des précautions et essayer de bien comprendre toutes les modalités du contrat avant sa signature. Ce sont surtout pour des mandats de recherche et de vente qui les affaires litigieuses sont constatées.

Pour des cas moins graves, le règlement à l’amiable est toujours la meilleure solution à faire. Cela permet de limiter les dommages pour les parties concernées sans risques de poursuite judiciaire.

Le mode opératoire est semblable au recours à l’annulation du mandat, par l’intermédiaire d’une lettre recommandée ou par la sollicitation d’une tierce personne pour médiation.

Cette perspective est possible depuis le 1 janvier 2016 selon toujours les directives des réglementations instaurées. La procédure est la même, une recommandation au préalable par écrit doit être effectuée en stipulant clairement le recours à une médiation.

Le médiateur est obligé de donner sa solution dans un délai de 90 jours après la saisine. Ce sont les professionnels de l’immobilier qui sont tenus de mettre à disposition de leurs clients ce service.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s