Comment se protéger par rapport à un prêt immobilier ?

Aussi connu sous le nom de crédit immobilier, le prêt immobilier est une somme octroyée par la banque ou un organisme prêteur à un client afin que ce dernier puisse financer un projet en rapport avec le domaine immobilier. Il peut s’agir de l’achat de meubles, la réhabilitation d’un logement, l’acquisition ou la construction d’une maison.

Ce type d’opération comporte toutefois des risques comme le non-remboursement à temps. Ce qui peut conduire à des poursuites pénales. Pour éviter de tels incidents, il est primordial de prendre des précautions à l’avance. De ce fait, comment se protéger par rapport à un prêt immobilier ?

Comprendre le fonctionnement du prêt immobilier

Comprendre le mécanisme de prêt immobilier revient à voir de plus prêt les conditions d’octroi de . Ainsi, le demandeur doit afficher un excellent profil pour bénéficier de ce crédit immobilier à savoir.

  •   Un revenu élevé

Le salaire est la première condition étudié par la banque pour accorder le prêt immobilier. Cette étape permet à l’institution d’évaluer la capacité d’endettement du demandeur. Dans ce contexte, elle s’assure que le taux d’endettement du client ne dépassera pas les 30 %. Pour ce faire, elle propose un devis gratuit et sans engagement.

Ensuite, elle simule un prêt avec le débiteur et vérifie  que le « reste à vivre » de ce dernier ne soit pas inférieur à la somme prélevée mensuellement. On entend par « reste à vivre », la somme restante permettant à l’acheteur de pourvoir à ses besoins en dehors de la somme débitée pour rembourser les dettes à la banque.

Au cas où l’argent restant est très minime, le prêt est rejeté. Dans le cas contraire, il se voit octroyé. Dans la plupart des cas, les organismes prêteurs privilégient les revenus élevés aux revenus faibles car les revenus élevés ont moins de risque de dépasser le seuil du taux d’endettement supérieur fixé.

  • Un état de santé excellent

Avant d’octroyer un prêt immobilier, les institutions vérifient si le demandeur n’ait pas de problème de santé, en particulier s’il n’a pas contracté une maladie très grave. Ce procédé permet de s’assurer que le débiteur rembourse les dettes dans de bonnes conditions.

Pour ce faire, les institutions demandent au demandeur de se faire examiner par un médecin pendant une période limitée et de leurs envoyer le rapport des examens effectués. Au cas où le débiteur présente des troubles plus ou moins graves, il se verra refuser le crédit immobilier. Et cela malgré le niveau de son salaire.

Choisir le prêt immobilier convenable

Choisir le type de crédit immobilier convenable est nécessaire pour anticiper les risques de non-paiement intempestifs. En outre, chaque prêt se distingue l’un de l’autre par lé délai et les méthodes de remboursement. Et, ils sont au nombre de trois dont :

  • Prêt amortissable

Communément appelé prêt immobilier classique, ce type de crédit est débitée mensuellement des comptes bancaires du débiteur. C’est d’ailleurs ce prêt que l’on propose au demandeur à l’issue d’une simulation d’emprunt immobilier. L’avantage avec ce type de prêt est qu’il peut s’étaler sur une période assez longue, 30 ans maximum et 5 ans au minimum. Toutefois, le principal inconvénient est l’accroissement des taux d’intérêts prélevés en fonction du délai de remboursement. Plus grand est l’échéance, plus grand seront les taux d’intérêts.

  • Prêt relais

Ce type de prêt s’accorde aux personnes, déjà propriétaire d’une maison mais souhaitant changer d’habitat. De ce fait, la banque ou un organisme prêteur leurs octroient la somme désirée afin qu’ils puissent acquérir leurs nouveaux chez-soi. Ceci fait, les débiteurs devront ensuite vendre leurs anciennes demeures et rembourser leurs dettes grâce aux recettes obtenues de la banque. Le délai de paiement est de deux ans.

  • Prêt in fine

Ce type de crédit est quasi similaire au prêt amortissable. La seule différence se trouve au niveau des paiements de taux d’intérêts. Contrairement au  prêt amortissable qui exige simultanément le remboursement avec le paiement de taux d’intérêts, le remboursement du prêt in fine se passe en deux étapes. Le débiteur doit au préalable payer tous les frais d’intérêts avant de rembourser la somme prêtée par la banque.

Souscrire à une assurance

Contracter une assurance est un moyen pour couvrir en cas de défaut de paiement. Comprenant que personne n’est à l’abri des mauvaises surprises, ce procédé est d’ailleurs imposé par la banque ou l’organisme prêteur avant d’octroyer le prêt. Les avantages dont l’assurance fait bénéficier le créditeur se nomment garanties d’assurance.

  • L’assurance emprunteur à titre de rappel

C’est un processus visant à protéger aussi bien que le débiteur et sa famille des risques de non-remboursements. Ce procédé vise surtout à couvrir l’emprunteur des aléas pouvant empêcher le remboursement à temps comme les accidents, le décès ou l’arrêt d’emploi subit. Dans ce type de mécanisme, l’assureur va se substituer au débiteur et rembourser à sa place.  

Se comptant au nombre de deux, il existe l’assurance groupe qui est proposée par la banque au moment de l’octroi du crédit et l’assurance individuelle qui est souscrite auprès d’une quelconque compagnie d’assurance.

Pour choisir l’assurance emprunteur idéal, le débiteur peut mettre les agences en concurrence jusqu’à ce qu’il obtienne le meilleur taux d’assurance de prêt immobilier. Toutefois, de nombreux consommateurs recommandent l’agence assurance emprunteur MAAF. Cette compagnie d’assurance se démarque par sa flexibilité au niveau des cotisations à payer et l’adhésion facile. Elle est en outre très prisée pour sa large gamme de garanties.

Demander un délai de paiement

Si l’assurance ne suffit pas pour se protéger en cas de non-paiements, le débiteur peut toujours recourir au rallongement de délai.

  • La modulation et le report d’échéance

Ce sont des mécanismes permettant au débiteur d’ajuster son prêt immobilier surtout au cas où ses revenus mensuels connaissent de lourdes modifications. La modulation d’échéance équivaut à l’augmentation ou bien à la baisse des mensualités du débiteur. Si les mensualités de ce dernier s’accroissent, la durée de l’échéance diminue. Dans le cas inverse, si  les mensualités diminuent alors la durée d’échéance s’allonge.

Quant au report d’échéance, il intervient lorsque le créditeur n’est plus en condition de rembourser la dette en raison de quelques imprévus comme un accident, une invalidité ou une perte d’emploi. Dans ce contexte, il sera en mesure d’interrompre ou de suspendre le remboursement total ou partiel du prêt immobilier. Dans de telles situations, l’emprunteur doit prévenir la banque ou l’organisme prêteur le plus tôt que possible.

  • Recourir à la franchise

La franchise est une méthode permettant au débiteur de retarder le commencement de remboursement de prêt. A l’opposé de la modulation et le report d’échéance, la franchise ne peut pas être appliquée si le prélèvement est en cours.

Dans une telle situation, le débiteur aura l’avantage de réunir la somme nécessaire le temps qu’il faut avant de décider de la date du début de paiement. Le commencement du paiement peut s’étaler sur plusieurs mois après l’octroi du prêt et la réalisation du projet immobilier. Cependant, le seul inconvénient de ce processus étant  la franchise est le taux élevé d’intérêts.

  • Demande de délai de grâce auprès du tribunal instance

A la suite d’une demande de report d’échéance, l’emprunteur ou bien une tierce personne sera invitée à contacter le tribunal d’instance pour exposer son cas. Dans une telle situation, le débiteur bénéficiera d’une suspension de remboursement pendant deux ans, dans le cadre d’un délai de grâce.

Cette décision a comme effet l’interruption temporaire du paiement et la suppression des taux d’intérêts lors de la reprise du prélèvement. Au cas où les deux années de suspensions ne suffisent pas, l’emprunteur peut demander un rallongement du délai de grâce. Pour ce faire, il doit déposer un dossier contenant un formulaire de surendettement bien rempli et quelques pièces justificatifs. Le débiteur devra ensuite transmettre ce dossier au secrétariat de la commission de surendettement le plus proche de son domicile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s